Un escargot à Manhattan

JJ's masterpiece list 3.0

Mindblown

Voici les œuvres qui m’ont profondément marqué au cours de cette décade :

(Sans surprise, c’est la lettre M qui est au milieu.)

  • Ubik de Philip K. Dick (1966, roman)
  • Flowers for Algernon de Daniel Keyes (1966, roman)
  • Eight Concert Etudes for piano de Nikolai Kapustin (1984), pas dans la fresque ci-dessus
  • Cowboy Bebop de Shinichiro Watanabe (1998, série et 2001, film)
  • Haruhi Suzumiya de Nagaru Tanigawa & Kyoto Animation (2003-2011, roman, anime, film)
  • Paprika de Satoshi Kon (2006, film), adapté de Paprika de Yasutaka Tsutsui (1993, roman)
  • Kaiba de Masaaki Yuasa (2008, anime)
  • El secreto de sus ojos de Juan José Campanella (2009, film) adapté de La pregunta de sus ojos (2005, roman)
  • The Tatami Galaxy de Masaaki Yuasa (2010, série) adapté de Chroniques mythiques de 4 tatamis et demi de Tomohiko Morimi (Yojouhan Shinwa Taikei, 2004, roman)
  • Sherlock de Steven Moffat (2010-2017, série), adapté de Sir Arthur Conan Doyle
  • “Fifteen Million Merits” de Charlie Brooker (2011, série Black Mirror)
  • Puella Magi Madoka Magica de Gen Urobuchi (2011, anime et 2012, film, surtout Rebellion)
  • Steins;Gate de Chiyomaru Shikura et al. (2011, série)
  • Les Enfants loups, Ame & Yuki de Mamoru Hosoda (2012, film), je suis allé le voir 7 fois au cinéma…
  • Psycho-Pass de Gen Urobuchi et al. (2012-2020, série et films)
  • Le Vent se lève de Hayao Miyazaki (2013, film)
  • Whiplash de Damien Chazelle (2014, film)
  • Interstellar de Christopher Nolan (2014, film)
  • Mommy de Xavier Dolan (2014, film)
  • Hamilton de Lin-Manuel Miranda (2015, comédie musicale)
  • Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu de Haruko Kumota (2016, anime)
  • Devilman Crybaby de Masaaki Yuasa (2018, anime) adapté de Devilman de Go Nagai (1972, manga) ; attention, cela risque de fortement heurter votre foi en l’humanité.

(… Mince, j’ai pas fini Lastman !!)

Divertissement

J’aimerais confirmer ces valeurs sûres en matière de divertissement dont vous avez certainement déjà entendu parler :

  • Le Château de Cagliostro, le premier film de Hayao Miyazaki (1979) !
  • Attack on Titan de Hajime Isayama (depuis 2009, manga et série)
  • Fullmetal Alchemist: Brotherhood de Hiromu Arakawa (2009, série)
  • Redline de Takeshi Koike (2009, film)
  • Scott Pilgrim vs. the World d’Edgar Wright (2010, film), adapté de Bryan Lee O’Malley
  • Lupin the Third: The Woman Called Fujiko Mine de Mari Okada, Sayo Yamamoto & Takeshi Koike (2012, série puis films) inspiré de Lupin the Third de Monkey Punch (1967, manga)
  • Avril et le monde truqué d’Ekinci, Desmares et Legrand (2015, film) adapté de Jacques Tardi
  • The Night is Short, Walk On Girl de Masaaki Yuasa (2017, film), également adapté de Tomohiko Morimi (2006, roman). Tout se déroule dans une unique nuit. Si vous connaissez Kyoto, vous apprécierez sans doute encore plus !
  • Spider-Man: Into the Spider-Verse de Lord & Miller (2018, film)
  • Parasite de Bong Joon-ho (2019, film)

Certaines d’entre elles sont classées meilleure dans sa catégorie, et c’est mérité.

Japon

D’autres, où le contexte a pu jouer, donc c’est très personnel et pas nécessairement généralisable ; certaines de ces œuvres nécessitent une connaissance fine de la culture japonaise pour être appréciées à leur juste valeur1.

  • Kids Return de Takeshi Kitano (1996, film)
  • Millennium Actress de Satoshi Kon (2001, film)
  • Time of Eve de Yasuhiro Yoshiura (2008, anime)
  • March Comes in Like a Lion de Chica Umino & Shaft (2016, anime)
  • The Third Murder de Hirokazu Kore-eda (2017, film)
  • Fireworks de Shaft (2018, film) adapté de Fireworks de Shunji Iwai (1993)

Avant la décade

Blake & Mortimer (1946), XIII (1984), Porco Rosso (1992), Léon (1994), 12 Monkeys (1995), Gattaca (1997), GTO (1997), I”s (1997), The Truman Show (1998), American Beauty (1999), Death Note (2003), Oldboy (2003), etc.

Et vous ? Quelles sont vos œuvres préférées ?

  1. En d’autres termes, vous risquez de vous ennuyer. 

2019

2019 était une sacrée année ! On a quand même réussi à :

  • se marier à Kyoto ;
  • faire une visite de New York University pendant 3 mois, fort épanouissante ;
  • décrocher un poste de chargé de recherches à Inria ;
  • voir Hamilton deux fois à Broadway, une merveille sur la fondation des États-Unis1 ;
  • visiter la forêt de Princesse Mononoké (Yakushima) par beau temps ;
  • faire une présentation au format PPT (bientôt sur YouTube).

Je suis désolé de mettre tout ça dans la même énumération (申し訳ございません) mais :

  • voir Hamilton deux fois ça peut être moins probable que décrocher un poste permanent ;
  • et faire une présentation au format PPT, je crains que ça m’ait pris plus de temps que remplir le dossier de candidature Inria (que je partage volontiers sur demande, j’écrirai un post un jour™).

En attendant, si vous cherchez un poste en informatique en France, suivez les conseils d’a3nm.

And now for something completely different

J’ai passé beaucoup de temps à concocter une vidéo dont je souhaitais qu’elle soit navigable sur une page Web de façon adaptative (c’est un sujet de recherche à lui seul, voir par ex. GPAC) ; je souhaitais aussi pouvoir sauter à un temps précis de la vidéo en un clic, mais ça c’est beaucoup plus facile.

Sur conseil de Laurent, et de cet article qui décrit DASH: Dynamic Adaptive Streaming over HTTP, j’ai opté pour le lecteur Shaka.

Long story short, j’avais un Blu-ray de 19 Go, dont j’ai d’abord encodé une version de 2 Go avec ffmpeg, en “visually lossless” (CRF = 18). Mais j’avais 29.97 frames par seconde et un bitrate de 4000 kbps, donc mon navigateur faisait la fine bouche, donc j’ai finalement opté pour une qualité moindre (CRF = 23).

Pour le protocole DASH il faut créer un manifeste qui décrit au format XML les morceaux de séquence de la vidéo. Pour cela, MP4Box est très simple d’utilisation, et fait partie du projet open source GPAC.

GPAC (attention super acronyme récursif : GPAC Project on Advanced Content) a commencé comme une start-up à New York et est à présent un projet de l’ENST :

Évidemment lorsqu’on encode des vidéos il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte, donc je vous invite à consulter :

À part ça, vous pouvez consulter ce que j’ai écrit sur mon année 2014 (plus épais, mais la marge de manœuvre est bien trop petite pour contenir 2019). Bonne année 2020 !

  1. Un immense merci à mon cousin Thibault pour ses conseils extrêmement avisés et documentés ! 

Le Pèlerinage de Haruhi Suzumiya

Kita High School

Le manoir de Yuki

RDV à Nishinomiya-Kitaguchi

Café Dream in Endless Eight, etc.

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya

BONUS! Bamboo Leaf Rhapsody

BONUS! Kyon House

Discussion avec Koizumi

Les Aventures de Mikuru Asahina

BONUS FINAL! Warabi-mochi

Ayé, ça fait un an que je suis au Japon

Des photos apparaîtront bientôt !

Festivités

  • ★ Hanami @ Ueno ou Nara (mais je ne dirai pas où exactement, héhé)
  • ★ Bon Odori, danser pour apaiser l’esprit des défunts
  • Gion Matsuri @ Kyoto
  • Anime Nightclub in Akihabara, chaque premier samedi du mois
  • Sakuragawa Hanabi, noir de monde
  • Tokae @ Nara
  • Halloween @ Shibuya, super noir de monde (pire que la Fête des lumières à Lyon)
  • ★ Momiji @ Tofuku-ji, Kyoto
  • Bonnenkai @ Osaka

À visiter

N’oubliez pas le guide :-)

À Tokyo

  • Shinjuku Gyoen
  • Yurakucho Gadoshita (under the rails)
  • Kagurazaka, le quartier français
  • ★ Un karaoké de 23 h à 5 h

Ailleurs au Japon

  • Kamakura
  • Mont Kurama, au nord de Kyoto
  • ★ Nikko et Tobu World Square (reproductions de monuments à l’échelle 1:25)
  • Niigata (bon riz, donc bon sushi et bon saké)

Événements

J’ai été à un concert de musique d’anime de 700 personnes… à Los Angeles. C’est absurde, mais c’était génial.

  • Concert Hisaishi en juin à Paris
  • Présenter Mangaki @ Anime Expo
  • ★ Concert de Konomi Suzuki, Minori Chihara, Ali Project à Anime Expo, Los Angeles
  • Yoshua Bengio @ Nagoya
  • ★ Michael I. Jordan @ RIKEN AIP
  • Yoshua Bengio @ Canada Embassy
  • Présenter Mangaki @ Kyoto Manga Museum
  • Distant Worlds @ Tokyo
  • Musée Final Fantasy @ Roppongi Hills Mori Tower

Anime émouvants

Et à part le Japon ?

La Chine

En passant à LA, un ami de ma famille chinoise m’a proposé de m’emmener à Xiamen visiter la terre des ancêtres.

Le reste du monde

  • March for Science à Boston
  • Visite de University of California, Berkeley
  • Étienne @ San Francisco
  • ★ S’infiltrer chez Pixar Animation Studios
  • Visite de Internet Archive à SF
  • ★ Et bien sûr… les fiançailles en Nouvelle-Calédonie

Et, euh, tu as travaillé, sinon ?

Nous organisons un workshop à Montréal le 12 juin sur Optimizing Human Learning, call for papers ouvert jusqu’au 8 avril !

Je me suis intéressé à :

Et avec des collègues, on a fait :

Je suis stupide, mais j'ai des amis donc… ça va

Un conte de Noël illustré1 en quatre actes :

  • I. L’objectif
  • II. La valise
  • III. Les Chinois
  • IV. Nous sommes Les Chinois

L’objectif

Antoine était de passage à Tokyo. Un type de son labo a cru bon de me demander un service (ERREUR ! il jura qu’on ne l’y reprît plus).

Bref, j’ai commandé sur Amazon une lentille d’appareil photo (50000 ¥ le machin). Le truc était censé arriver 5 jours plus tard.

À la fin du séjour d’Antoine, toujours pas de nouvelles d’Amazon.

Finalement, deux semaines plus tard, je reçois un mail (en japonais) disant : « Lol on vient de recevoir l’objectif en fait, on vous l’envoie. » Objectif reçu.

La valise

Je devais me rendre à Paris pour la thèse de littérature de Morpheen et une séance du Club-Méta.

Escale à l’aéroport Pudong de Shanghai (à minuit, sobre). Au moment d’entrer dans le 2e avion, je me rends compte qu’il me manque quelque chose et qu’il faut que je fasse demi-tour. Nous sommes à 15 minutes du décollage.

L’équipage m’accompagne. Sur le chemin, le stewart me demande :

— Vous avez oublié quoi ?
— Ma valise.
— Votre VALISE ?

On fait marche arrière, on repasse les portes d’embarquement. L’équipage nous dit de nous dépêcher. Je me rends compte que ma valise n’est pas aux portes, comme je le croyais. Je me dis que je l’ai sûrement laissée dans les toilettes, ou carrément au contrôle de sécurité, ou carrément dans le 1er avion.

L’équipage me fait signe que je ne peux pas aller trop loin, donc on remonte dans l’avion. Je suis décontenancé. Le stewart, sympa, me donne le numéro X des objets trouvés de l’aéroport.

Les Chinois

Arrivé à Paris, je tente le service de réclamation des bagages, en sachant pertinemment que la valise était un bagage à main, et donc que tout était bien de ma faute (même si le bagage a été volé). Mon interlocutrice le savait, mais elle a eu la sympathie d’essayer quand même.

Je téléphone en VoIP au numéro X des objets trouvés, décris ma situation en anglais. On me renvoie vers un numéro Y.

— For English press 2.
— *appuie sur 2*
— For baggage inquiry press 1.
— *appuie sur 1*
— *quelque chose en Chinois* puis ça raccroche.

Je réessaie plusieurs fois, même format. Du coup, j’essaie d’envoyer un mail. En anglais, et en Google-Translated chinois.

Soudain, l’illumination : je me rends compte que deux jours plus tard, je rentrerai par le même aéroport. Tout n’est donc pas perdu.

Une fois de retour à Shanghai donc, je me rends aux objets trouvés.

— Qu’est-ce qu’il y a dans votre valise ?
— Un Pikachu.
— Quoi d’autre ?
— Une caméra.
— Pas de caméra.
— ??? Vous n’avez rien ?
— Non.

Je me dis que j’ai peut-être raté l’entretien en disant « caméra » plutôt que « lentille », mais j’essayais de lui retranscrire ça pêle-mêle, aussi.

Je vais voir le guichet de la compagnie aérienne et leur dis que j’ai peut-être laissé une valise dans mon premier vol. Ils téléphonent, et me disent que non.

… De retour au Japon, je demande à ma fiancée de téléphoner au numéro X des objets trouvés. On la redirige vers le numéro Y qui lui raccroche au nez. Mais comme elle parle chinois ❤️, elle me donne deux informations supplémentaires :

— le numéro Y est celui de la compagnie ;
— le message en chinois disait : « Merci pour votre appel, bon voyage, au revoir ! » Sans intervention humaine, juste après avoir sélectionné le bon service en appuyant sur les touches du téléphone.

Ça semblait limpide : puisque j’avais oublié une valise (même après avoir bien dit « carry-on »), c’était trop facile pour eux de me rediriger vers le numéro de la compagnie aérienne.

Nous sommes Les Chinois

Lundi 16 décembre. À l’université de Kyoto, je demande à un pote thésard chinois de téléphoner aux objets trouvés pour moi. Je lui précise qu’il y a sûrement 5 % de chances que ça marche (puisque j’y suis allé moi-même, et que ma fiancée les a eus au téléphone) mais que je veux les tenter quand même.

Il appelle le numéro X, commence à décrire la situation. Puis il me demande :

— Est-ce un bagage à main ?
— Oui.
(On patiente cinq minutes.)
— Quelle est la couleur de la trousse de toilette ?
— Gris.

Puis il se met à griffonner des informations en chinois. Je me dis que c’est pas possible. Pour poser une question pareille, ils doivent avoir retrouvé ma valise. On n’est pas passés par la case « compagnie aérienne prison ». On gagne 50000 ¥.

— Il faut que tu ailles leur remettre ce numéro.
— ILS ONT RETROUVÉ MA VALISE ???
— Ah, oui. J’aurais dû commencer par ça.

Mon ami me précise qu’ils peuvent garder la valise 6 mois, que je peux la chercher moi-même ou envoyer quelqu’un, et qu’il faut que je leur donne son numéro de téléphone en guise d’identification. Je songe alors à mon cousin, qui s’y rendra dans quelques mois.

Jeudi 19 décembre. Un collègue chinois à Tokyo me demande : « Hey, pourquoi avais-tu besoin de moi l’autre jour ? » Je lui raconte toute l’histoire et lui précise : « Je voulais que tu appelles les objets trouvés de l’aéroport de Shanghai pour moi, mais t’inquiète ! je n’en ai plus besoin. »

Puis je continue :

— Au fait, demain c’est mon dernier jour de l’année, ce serait bien qu’on parle recherche quand même.
— Oui, déjeunons ensemble, parce que le soir je dîne avec des amis qui viennent de Shanghai. Attends. Ils viennent de SHANGHAI. Je vais les contacter tout de suite.
— Oh bon sang. S’ils y parviennent, it will be CHRISTMAS!!!

Je prépare à toute allure tous les papiers :

C’est la lettre originale. Vous noterez que j’ai pris soin de traduire les noms des peluches Pokémon en anglais et chinois.

  • copie de mon passeport
  • copie de ma carte d’embarquement (optionnel, mais mieux)

Vendredi 20 décembre. Le lendemain matin, les amis de mon collègue se rendent au service des objets trouvés avec tous les papiers. Problème, leur interlocuteur ne reconnaît pas le numéro de mon ami thésard à Kyoto. Du coup, ils téléphonent au numéro que je leur ai donné, et tombent sur une femme (??!). Je commence à perdre espoir, si près du but !

Puis finalement, par Messenger interposé, je réponds à toutes les questions de leur interlocuteur (où ai-je oublié ma valise et à quelle heure, pour prendre quel vol),
et……… ILS RÉCUPÈRENT MA VALISE !!

Le soir, ils me l’ont rendue au labo !

Conclusion

Le Père Noël existe !!! Et il est chinois !! Joyeux Noël !

  1. Sinon, les gens lisent pas.