Un escargot à Manhattan

Les Enfants loups, Ame et Yuki

Ce qui est bien, c’est que ce film est vrai à 100 %. Bon, 99.

[TL;DR] Le DVD est sorti le 5 juin 2013. Je l’avais vu 7 fois au cinéma, donc j’en ai acheté 16 exemplaires que j’ai envoyés un peu partout dans le monde.

13 ans de vie en 2 heures. Vous avez sans doute déjà vu des films d’animation japonais, mais en avez-vous déjà vu un qui parle d’une mère qui élève ses enfants ? Ça semble hors de toute classe de films d’otaku.

En l’occurrence, Les Enfants loups est simple, subtil et beau. En plus de ça, le film possède bien ses 30 % de gros plans sur nuage, ce qui certifie que le réalisateur est bien Mamoru Hosoda. La musique, plutôt originale, est composée par Takagi Masakatsu, qui a une chaîne YouTube.

À Paris, les kiosques à journaux ont affiché que Libération avait adoré le film ; et Télérama, d’habitude si sévère, lui a accordé la note maximale1. Chose amusante, l’avant-première mondiale du film s’est tenue le 25 juin 2012 à Paris (la sortie japonaise était prévue pour le 21 juillet) : visiblement, l’auteur apprécie beaucoup le public français.

J’aimerais parler de détails que j’ai relevés, mais pour être sûr de ne pas vous spoiler, avant de continuer je vais vous demander de .

 

Voici une bonne critique du film. Si vous n’avez pas vu le film, arrêtez-vous à « hollywoodienne » et essayez de vous le procurer ; et puis, comme ça, vous apprendrez peut-être des mots comme « siccatif » ou « billon ».

Le thème principal :


  1. Les Enfants loups a d’ailleurs fait partie de leur sélection de films pour le festival Télérama, du 18 au 24 janvier dernier.