Un escargot à Manhattan

2014

Promis, je vais essayer de limiter au maximum les : « Et puis j’ai été là hihi et j’ai fait ça hoho et là, vous savez pas ce qu’il m’a répondu ??? » mais ça y ressemblera quand même par endroits.

Par ailleurs, une locution s’est glissée en gras dans ce texte. Sauras-tu la retrouver ? Ça vous permet de remarquer que dans tout ce fatras, il y a un fil directeur qui semble se dégager.

Agrégation de mathématiques

Si je devais ne retenir qu’une unique chose de 2014, ce serait ce travail :

Agrégation de ressources en mathématiques et informatique

Pendant toute l’année d’agrég’ de maths, on bouquine, on griffonne et on se retrouve avec des morceaux de preuves dans tous les sens. Pour valoriser le travail effectué pendant l’année et en faire profiter la promo suivante, on ne peut pas se permettre de leur filer 10 cm d’épaisseur de brouillons1. Il y a donc un effort d’uniformisation à faire2, mais le timing est délicat : il faut le faire alors qu’on a encore tout bien en tête, mais on est déjà bien fatigué juste après les oraux. J’ai commencé par regrouper des tableaux d’agrég’, puis j’ai rédigé dog.pdf, en référence à l’effort similaire (god.pdf) donné par Didier Lesesvre l’année précédente.

Dans dog.pdf, il y a deux index : pour chaque leçon, les développements qui y rentrent et pour chaque développement, les leçons concernées. Ce serait fastidieux comme la mort de faire ça manuellement, donc j’ai fait un script. Comme c’était open source3 et bien documenté4, deux camarades ont pu faire leurs propres agrégations (notez les noms des fichiers, particulièrement bien trouvés) :

C’est important de bien choisir ses noms (Gauss de Pivot, 4chan mais aussi Le Nom des gens).

J’ai beaucoup apprécié la préparation de l’agrégation à l’ENS Cachan. Ça me manquait d’avoir des profs qui maîtrisaient leur cours, comme en prépa. Les enjeux ne sont pas les mêmes qu’en master recherche, le cours est plus précis et rôdé. Bon, dommage que j’aie raté les oraux de mathématiques et d’informatique (Lê Thành Dũng Nguyễn en est témoin, il a assisté aux deux massacres), mais ça reste la meilleure année que j’ai passée à l’ENS.

States

Learning at Scale

J’ai assisté à la conférence ACM Learning at Scale, en mars, liée aux MOOC. Pendant les séances de questions, il y avait un gars de Mozilla qui aimait bien poser les questions qui fâchent. Par exemple, un orateur venait de parler de ses travaux sur les interactions dans les vidéos de MOOC (à quel moment les gens vont plus loin dans la vidéo d’un cours, ou reviennent sur un passage qu’ils ont eu du mal à comprendre, etc.). Le gars de Mozilla ne l’a pas raté :

— J’aurais juste une petite question. Concernant les recherches que vous avez faites sur vos vidéos, y a-t-il eu consentement éclairé ?
— … Non.
— Merci, c’est tout ce que je voulais savoir.

Du coup, je me suis dit que ce serait sympa de papoter :

Puis j’ai réfléchi : tiens mais, « Greg Wilson », c’est marrant, c’est le même nom que celui qui a fait la conférence la plus ouf que j’aie jamais vue sur le développement d’applications. Mince. C’est le même. Il finit d’ailleurs sa conférence sur un petit conseil aux jeunes :

If you want to be heard, blogging is going to have absolutely no impact on the political process. Neither is starting a Facebook group. If you want to be heard, if you want to have some influence over your own future, join those organisations [ACM & IEEE] and influence them. They are the elderly guys in suits who go and sit down with the minister to say: “Okay, here is what we the professionals think should be done.” Dreadlocks and a nose ring does not get you into the corridors of power. It doesn’t. I’m sorry. That’s just the way the world works. […] If you’re not part of it, then other people are making decisions about your life, outside your control.

Avant même de lui dire bonjour, je lui raconte que je fais partie d’une association qui organise un concours d’informatique et qu’on offre son livre Beautiful Code (des exemples de « beaux » codes, commentés par leurs auteurs) aux lauréats. Puis, je lui demande :

« Et pourquoi vous ne faites pas la même chose pour des jolies preuves de mathématiques ?
— Parce que je suis mauvais en maths. Mais tu peux le faire, toi ! »

(Zut. Il est vraiment américain.) Je lui dis que j’aimerais surtout faire un livre avec des jolis algorithmes. Il me dit qu’il faut que je choisisse bien mon positionnement : parler de beaux algorithmes à des gens à même d’en comprendre l’esthétique, ou bien donner envie à des néophytes de faire de l’algorithmique ? « If you want people to go to your church, you don’t show them beautiful algorithms! » et il me sort la superbe phrase : « What do you want to be known as the editor of? » (OMG) puis me raconte qu’il fait des livres open source et que je devrais faire pareil. En l’occurrence, son dernier projet de livre : recueillir des prototypes d’architectures de code de 500 lignes ou moins, de manière à expliquer les bonnes idées derrière, à titre éducatif (un client BitTorrent minimal, un robot d’indexation rudimentaire, etc.).

Quelques jours plus tard, il m’envoie un mail : « Tiens, Jill-Jênn, est-ce que ça te dirait d’écrire un chapitre dans mon livre ? Comme ça tu te feras un peu la main sur les livres open source. » Euuuh. Je suis bidon en architecture. « Eh bien euh je pourrais te faire un truc avec LaTeX. » Puis, il transfère mon mail à l’autre responsable du projet en ajoutant : « Oui, y a JJV qui va nous faire un LaTeX minimal en 500 lignes, c’est cool » EUH NON PAS VRAIMENT. Finalement, j’ai repris un article de Knuth sur la division d’un paragraphe en lignes pour faire un convertisseur de slides de Markdown vers PostScript (il faut encore que je fasse les figures du texte explicatif). J’ai eu de précieux commentaires de la part de développeurs bénévoles.

Google RISE Summit

Google a attribué un Google RISE Award à l’association Prologin, récompensant sa mission de promotion de l’informatique, et nous ont invité à un congrès à Mountain View. On y a notamment rencontré Moe Sunami, codeuse en herbe de 15 ans5, et Barbara Ericson, qui travaille sur le projet open source Runestone de manuels interactifs de Python. Google souhaitait que Prologin booste son pourcentage de candidates, ce qui nous a donné l’idée d’organiser un stage d’initiation à la programmation ouvert aux filles, Girls Can Code!.

Prologin

On a donc organisé fin août un stage de programmation pour onze filles de 12 à 17 ans. Elles se sont bien amusées. Ce sera sans doute reconduit à l’été 2015.

Prologin a lié un partenariat avec Tangente et les a aidés à organiser un concours de projets informatiques, le prix Bernard-Novelli. Le but : programmer un jeu logique ou une intelligence artificielle qui joue à un jeu logique. Tangente a également publié un article sur le jeu GroLopin organisé par Prologin en 2012. Ça, c’est quand même la blague du siècle. On n’aurait jamais imaginé ça lorsqu’on a pensé au nom « GroLopin » pendant les conférences de rentrée obligatoires de l’ENS Cachan (où on se retenait de rire devant le caractère stupide de cette anagramme). Au fait, vous savez, les pin’s de GroLopin, c’est une référence à l’anime Steins;Gate.

En octobre, j’ai décidé de quitter l’association Prologin (dont j’ai participé au concours en 2006 et rejoint l’organisation en 2010), pour me consacrer à ma thèse.

Mais on a quand même organisé un dernier stage avec Prologin et l’association Science ouverte, du 22 au 24 décembre, d’initiation à la programmation avec Python. Je vous invite à découvrir les projets des lycéens. Les pages ont été rédigées avec l’outil open source Runestone que j’ai mentionné plus haut.

Programmation efficace

Avec Christoph Dürr, on a préparé en octobre et novembre une équipe à l’ENS Cachan pour le concours international ACM ICPC. La particularité : 3 candidats, 1 clavier par équipe.

D’ailleurs, cette compétition nous aura appris deux choses sur notre mascotte Pikachu :

  • Si vous emmenez un Pikachu à l’aéroport, même les agents de sécurité seront sympa avec vous ; par exemple, au moment de passer les portiques, un agent désigne le Pikachu et me dit :

     « Ça craint rien ?
    — ?
    — Il ne va pas s’énerver ? Non parce que je ne veux pas une décharge dans la machine. »

  • Pikachu se dit Pikachu dans TOUS les pays (même en Chine, alors qu’ils ont tendance à changer tous les noms).

Fin novembre, par inadvertance, j’ai soumis un formulaire pour devenir Google Student Ambassador, espérant rencontrer des codeurs d’autres universités européennes. Ma candidature a été acceptée, j’ai rencontré des étudiants fantastiques en informatique (comme Nidhi) ou en marketing (comme Linda) et je vais donc disposer d’une carte prépayée de Google pour organiser des coding parties à l’ENS Cachan (dans l’espoir de dénicher de nouvelles recrues pour la compétition ICPC).

LE MAL

Je ne veux pas que ça ressemble à un règlement de comptes, donc restons purement factuel.

MGEN. J’ai résilié la mutuelle MGEN. La règle : 5 mois de délai statutaire, pendant lesquels ils ont continué à prélever la cotisation sur mon bulletin de salaire. Anormalement, après ces 5 mois, ils ont continué à prélever. Puis, 4 mois plus tard, j’ai découvert que pendant un an, ils m’avaient fermé mes droits par erreur (avant que j’entame la procédure de résiliation). J’ai donc payé un service que j’avais résilié dont je n’avais pas bénéficié. Je n’ai toujours pas été remboursé, je les relance sporadiquement.

La Caisse d’épargne. Je devais faire un virement urgent, mais il m’était impossible d’ajouter un RIB à mon compte en ligne. J’ai appelé mon conseiller et tous les numéros dans un voisinage de la numérotation. Mon conseiller m’a rappelé 32 heures plus tard (j’avais déjà fait le virement auprès de mon autre banque) pour me dire : « Je ne sais pas, chez moi ça marche. » (il avait essayé avec son compte), puis il m’a confirmé que je pouvais partir à l’étranger tranquille et que j’avais droit à 4 retraits gratuits. À Tokyo, ma carte a été refusée par tous les distributeurs. J’ai failli être bloqué au Japon à cause de ça.

LE BIEN

Le Forum des images. C’est bon marché (5 € étudiant, 6 € tarif plein), les salles sont top, la programmation stupéfiante. Patrick Osborne et Festin (qui fera l’ouverture en mars 2014 du prochain Disney, Les Nouveaux héros). Glen Keane et son court métrage interactif Duet. Tomm Moore et son Chant de la mer.

Le Collège de France. Bon sang. La chaire de psychologie cognitive expérimentale, c’était quelque chose. Et je me suis demandé : combien y a-t-il de vidéos de conférences sur le site du Collège de France ? Réponse : 4 125, le 31 décembre 2014. Il y a un gisement qui n’est pas exploité car pas tellement mis en valeur ; à ces fins, voici un module d’autocomplétion à partir du projet open source Typeahead de Twitter sur les vidéos du Collège de France.

Anime

Avec deux amies chanteuses, Lily et Sedeto, on a organisé un concert aux InterENS culturelles à l’ENS Cachan, en interprétant des musiques de jeux vidéo et d’anime. Ça a bien marché.

Je vais présenter les pitches de mes 3 anime préférés de l’année 2014.

1. Zankyou no Terror (ou Terror in Tokyo)

Deux jeunes aux intentions inconnues sèment des bombes dans Tokyo et en font deviner l’emplacement à la police, par l’intermédiaire d’énigmes sur YouTube (en se faisant appeler Sphinx). C’est visuellement époustouflant, et l’ambiance est garantie grâce à la musique de Yoko Kanno. Je serais ravi de vous parler de la fin.

2. No Game, No Life

Un anime TRÈS coloré hilarant sur la théorie des jeux. Le principe : ils prennent un jeu, en changent un peu les règles, et ça donne N’IMPORTE QUOI. Par exemple, imaginez une partie de shiritori (l’équivalent japonais du « marabout — bout de ficelle — selle de cheval », etc.) mais où chaque mot prononcé apparaîtrait dans la pièce s’il n’y est pas, et disparaîtrait s’il y est. C’est l’objet de l’épisode 6. Je l’ai montré à Roland Lehoucq, j’attends son avis.

3. Attack on Titan

Une belle culture du cliffhanger. Un dessin parfois dérangeant, mais des musiques superbes et un rythme effréné.

… Mais à part ça, mes favoris par ordre de préférence, c’est toujours :

  1. Cowboy Bebop
  2. La Mélancolie de Haruhi Suzumiya
  3. Steins;Gate
  4. Rebellion6 (Madoka Magica)
  5. The Tatami Galaxy
  6. Durarara!!
  7. Baccano!

J’ai loué un serveur dédié. Ceux qui savent les bêtises dont je suis capable ont compris que ce n’est pas une bonne idée. J’hésite à l’appeler Feuforêve, pour qu’il résiste aux attaques normales, et j’ai installé le site de recommandation d’anime et manga mangaki.fr et la plate-forme de discussion meta.mangaki.fr dessus, à partir du projet open source Discourse. Si vous êtes intéressé par les anime, je vous invite à les essayer.

Le mot de la fin

Je vous conseille d’écouter du Kapustin, d’écouter la pianiste Yuja Wang, de voir le film States of Grace et d’assister à l’exposition Souvenirs du Studio Ghibli à Art Ludique (jusqu’au 1er mars 2015).

J’ai 2 sites à finir, 2 bouquins à finir. 2015 va être longue. Happy pull requesting!

Le rougissement des érables du mont Takao, à Tokyo.


  1. « Tiens. Tout est là. Chaque chose et son contraire. »

  2. Comme ce que je suis précisément en train de faire pour l’année 2014 dans ce billet, d’ailleurs.

  3. C’est vrai.

  4. C’est faux.

  5. — Qu’est-ce qui t’a donné envie de coder ?
    — Oh, j’ai regardé le film The Social Network.
    — ♥

  6. Je n’oublierai jamais cette rouste monumentale qu’on s’est prise au Grand Rex le 22 novembre 2013, à l’avant-première française de ce film.