Un escargot à Manhattan

Nuit Japanimation

À l’occasion du Festival Paris Cinéma, la nuit dernière de 21 h 30 à 6 h du matin, 5 films ont été projetés au Forum des images, aux Halles. Toute la nuit, boissons et snacks étaient disponibles gratuitement.

Bouddha – Le Grand Départ

Le premier volet d’une trilogie (oh non, pitié) tirée d’une histoire d’Osamu Tezuka. C’était mauvais (encore pire que Ghost in the Shell: Arise (j’y pense parce que ce dernier va constituer une quadrilogie)), on sent que les animateurs (et le scénariste) se sont attaqué à une histoire trop forte pour eux. Dès le début, on savait que ce serait super cheap : le générique du film est de la vieille 3D, certains combats sont ridicules, l’eau n’est pas animée (on dirait que les personnages se baignent dans de la gelée) et j’ai particulièrement été choqué par un moment où on entend un personnage jouer des accords avec une harpe à une seule corde. Il a vraiment fallu qu’on se moque pour apprécier.

Blue Exorcist

Ça, c’était génial. Une histoire bien rythmée dès les premières minutes, qui arrivait à alterner entre merveilleux et slice of life (je pense à une scène de dégustation qui fait penser à Kero de Cardcaptor Sakura qui mange un gâteau) avec une animation superbe et un bon humour, même si certaines filles sont représentées avec une poitrine ridiculement trop gonflée.

Redline

Je suis super fan de ce film donc mon avis est biaisé mais la réalisation est impeccable, le scénario hilarant et les interactions entre les personnages (ayant tous un charisme fou) sont superbement soignées (et c’est rare). À voir sur grand écran.

Mardock Scramble: The First Compression

J’adore le pitch du livret du festival : « Une jeune prostituée brûlée vive par un tueur en série se réveille transformée en cyborg ». En ce qui me concerne, j’ai adoré l’idée (notamment la souris jaune, même si elle parle ; la bande-annonce ci-dessous donne particulièrement envie) et les tons de couleurs choisis m’ont beaucoup plu (mais peut en rebuter certains). Bref, même si certains monstres et dialogues sont vraiment moches (j’ai lu un « je vais insérer ma queue dans toutes tes orbites » et plusieurs « les porcs te baiseront »), c’est une réflexion très intéressante sur la violence.

Mardock Scramble: The Second Combustion

Zzz.